La science
NOUVELLE






LA GRANDE UNIFICATION
DE L'UNIVERS
(Lancée le 31 janvier 1997)
(Page mise à jour le 24 octobre 1997)
RÉVISION GÉNÉRALE le 1er mars 2002


La cause première substantielle de l'univers:
l'énergie universelle



Sommaire

I- La plus grande partie de la communauté scientifique est à la recherche de la brique de l'univers

II- Pourquoi dépenser des milliards pour chercher la "brique" de l'univers?

III- Le constituant unique, nous l'avons trouvé

IV- Le constituant unique de l'univers avait eu un précurseur: Galilée

V- La matière

VI- Bernard d'Espagnat

VII- La quatrième dimension n'est pas le temps : elle est espace/temps

VIII- À ma connaissance, nous ne sommes que deux à proposer que l'ESPACE / TEMPS est objet, c'est-à-dire la 4e dimension

IX- Est-ce que le constituant ultime et unique de l'univers peut expliquer la gravitation?

X- Le nouvel éther

XI- Le rayonnement cosmique de fond

XII- La fameuse controverse sur la chaleur

XIII- Comment certaines cosmologies peuvent-elles s'intégrer à la présente cosmogonie?

XIV- La théorie du vide quantique

XV- Adéla Tremblay Sergerie

XVI- Comme il n'y a qu'une seule substance pour tout l'univers, mais d'où vient donc la pensée?

XVII- En conclusion, quelques phrases lapidaires et quelques citations d'auteur

XVIII- La première cause est le premier être

Commentaires des internautes



Pour avoir une meilleure compréhension, il faut se référer constamment
au Grand Tableau





I- La plus grande partie de la communauté scientifique est à la recherche de la brique de l'univers

Le principe de la conservation de l'énergie est donc le PREMIER PRINCIPE de l'univers. Il en spécifie le constituant.
Heureux Lavoisier d'avoir découvert l'infini de l'univers! Il nous a été donné par ce premier principe d'avoir une preuve incontournable de l'infini. Nous n'avons plus alors la nécessité de démontrer "ce qu'il y avait avant". L'origine de l'univers, il y a un temps infini, nous est connue par le principe de la conservation de l'énergie.

Nous connaissons maintenant la "brique" de l'univers, me direz-vous? Non, nous ne l'avons pas encore. Justement, parce qu'il n'y a pas de "brique".
Une brique, c'est discontinue parce que "composé",alors que la substance doit être "une", elle est donc continue.



II- Pourquoi dépenser des milliards pour chercher
la "brique" de l'univers?

Actuellement, la majorité des hommes de science cherchent toujours cette fameuse brique. Des milliards et des milliards de dollars sont dépensés à fabriquer des collisionneurs qui leur permettront de trouver des particules de plus en plus petites, espérant enfin trouver celle qui sera la dernière, celle qui sera sans partie, celle qui sera UNE; la brique fondamentale. Présentement, à cause des déficits gouvernementaux, on met un frein à la "big" science en coupant les budgets sur des projets gigantesques.


Revue Interface :
«Aux États-Unis, les physiciens des particules ont dû se résigner à l'abandon de leur collisionneur de 11 milliards de dollars, le SSC (Superconducting Super Collider). Leurs collègues canadiens ont, de leur côté, vu mourir leur projet de fabrique de Kaons évalué à plus de 700 millions de dollars, le TRIUMF-KAON.»
Revue INTERFACE, ACFAS, Montréal, novembre et décembre 1995, p. 34.


Ces accélérateurs de particules nécessitent une très haute énergie et peuvent mesurer jusqu'à plusieurs kilomètres de diamètre. À mon humble avis, ils ne réussiront jamais à trouver cette fameuse brique en la poursuivant de cette façon. Elle est comme la flèche de Zénon d'Élée. Plus on la poursuit, plus elle s'éloigne. On ne tient pas un poisson par la queue. Il faut le prendre par la tête.

Si l'on dépense toutes ces sommes pour mieux connaître la matière, je suis d'accord.

Si l'on pense alors trouver le CONSTITUANT ULTIME de l'univers, je ne suis pas d'accord. C'est peine perdue. On fait erreur. Là n'est pas la brique de l'univers. Ce que l'on cherche ne doit même pas être une brique. Ils pensent ainsi qu'un jour, on arrivera à trouver la particule PREMIÈRE, celle qui serait la limite, la "BRIQUE".

Cependant, il faut que cette fameuse brique soit sans parties sinon, elle est encore décomposable et elle ne serait plus alors l'ultime morceau de matière.

Justement, ces chercheurs travaillent à partir de la matière. Le constituant de l'univers n'est pas la matière, car tout ce qui est matière est obligatoirement constitué de parties. C'est avant que la matière n'est pas encore matière que l'on pourra trouver ce que l'on cherche.

La matière n'apparaît qu'à un certain stade de développement de l'univers. Il faut chercher plus loin, avant que la matière n'existe.

Il ne faut pas chercher le constituant de l'univers dans une multitude d'unités-briques. Le constituant ne peut pas être multiple. Il doit nécessairement être CONTINU. De par le fait de sa continuité, il se présente alors comme une chose UNE en soi. C'est pourquoi, il faut obligatoirement arriver à ce que le CONSTITUANT soit UNIQUE. Nous rejoignons ainsi notre PREMIER PRINCIPE: celui du principe de la conservation de l'énergie. Et ce constituant n'est pas en dehors de son principe même.

Ce CONSTITUANT UNIQUE est l'ÉNERGIE UNIVERSELLE.
Constituant CONTINU et UN pour tout l'univers. Il exclut la multiplicité; il est UN.






24 novembre 2004 :
commentaires généraux de Robert Dupras







III- Le constituant unique, nous l'avons trouvé

Depuis Lavoisier et Einstein, nous l'avons.
Par l'expression: "Rien ne se perd, rien ne se crée", Lavoisier avait fait connaître à l'homme d'abord un PREMIER principe, ensuite l'infini de l'univers et enfin le CONSTITUANT ULTIME de ce même univers.

Comme pour confirmer ce fait, Einstein avait établi l'égalité entre la Masse et l'Énergie: M = É.

Pourquoi dépenser des milliards à chercher ce que nous avons déjà trouvé depuis plus de deux siècles et confirmé depuis quelques décennies? Cependant, avant ces deux hommes, le CONSTITUANT de l'univers avait un précurseur.



IV- Le constituant unique de l'univers avait eu
un précurseur: Galilée

Un bonhomme a eu une intuition géniale au sujet du mouvement: c'est Galilée: «Il n'y a pas dans la nature, rien de plus ancien que le mouvement.».
Rien de plus ancien que le mouvement signifiait pour lui que le mouvement était la plus ancienne des choses. Rien n'existe avant le mouvement. Pourquoi n'a-t-on pas poursuivi les recherches dans ce sens? Cette intuition de Galilée aurait pu être fructueuse pour l'avancement des sciences. Elle était un phare très éclairant, une avenue lumineuse.



V- La matière

La déchosification de la matière
La matière est une illusion: une réalité virtuelle
Le mouvement n'est pas un état qui devient objet
Le mouvement est objet par nature

Pour bien faire comprendre ce qu'est le constituant ultime c'est-à-dire la substance de l'univers, nous allons aborder les sujets en titre

Ces sujets nous feront voir la réalité non réelle de la matière.
La matière nous confirmera qu'elle n'existe pas en soi; elle n'est qu'un ÉTAT des choses, qu'une apparence, qu'une illusion, qu'une virtualité, qu'une non-chose.

Elle est aussi virtuelle que l'image de "réalité virtuelle" que nous pouvons percevoir dans un casque conçu à cette fin. Dans les deux cas, ce n'est que le mouvement des protons mais surtout des électrons qui nous procure cette sensation de réalité alors qu'il ne s'agit que de virtualité.

Prenons une pomme. Ce sont tous les électrons de la pomme qui font que la pomme occupe un espace que notre oeil saisit trompeusement comme une réalité. En effet, la pomme n'est que vide. C'est tout simplement le mouvement des électrons, qui en occupant un espace, donne l'illusion d'une matière plus grande que la réalité. Les protons et les électrons, eux-mêmes, ne sont qu'illusion. Il en est de même pour chaque fractale jusqu'au passage à la limite, soit à l'infiniment petit.

Il s'agit bien d'une réalité virtuelle. La matière n'est donc pas une chose, ni une réalité. C'est pourquoi il faut déchosifier la matière.
Elle n'est qu'un effet d'une autre chose, cette fois, vraiment réelle en soi: l'énergie ou le mouvement.

Dans un objet, habituellement le mouvement est considéré comme un état. C'est faux de penser ainsi.
Le mouvement constitue essentiellement ce qui est chose en soi.
Dans la pomme, il n'y a que le mouvement de tous les atomes de la pomme qui est la chose en soi. L'apparence extérieure n'est qu'illusion de matière ou d'objet, qu'une réalité virtuelle. Les physiciens qui se glorifiaient d'une science du RÉEL seront déçus; l'objet de leur science n'est que l'IRRÉEL, le virtuel.
Le mouvement n'est pas un état qui devient objet .
Il est objet en soi qui peut prendre une certaine apparence.
C'est le phénomène de la quatrième dimension de ma théorie qui est bien différent de celui de la science standard. Je développerai ce sujet dans les pages suivantes:

"La 4edimension est objet"




VI- Bernard d'Espagnat

En Europe, un chercheur bien connu du CERN s'est attardé de façon importante à connaître les fondements même de la matière. Je vous présente donc Bernard d'Espagnat.

Ce physicien des particules et philosophe des sciences a dirigé le laboratoire de physique théorique et particules élémentaires de l'université d'Orsay.


Bernard d'Espagnat:
«[...] dans une expérience de collision entre deux protons, le mouvement de ces derniers -- qui est une propriété-- se transforme partiellement en particules et en antiparticules qui, les unes et les autres, sont des objets. [...] Autrement dit, c'est à une vraie "déchosification de la matière" que la physique contemporaine nous convie. [...] Elle (la nature) n'est en tout cas pas un assemblage de particules comme autant de "petits grains". [...] Ainsi, notre quête de constituants fondamentaux de la matière (ou "du réel") nous conduit-elle, au vu de la théorie précitée, non pas à la multiplicité mais bien, essentiellement, à l'UNITÉ. Elle débouche sur la notion d'un "constituant" UNIQUE... [...] Éléments d'une représentation, les particules ne sont pas "briques constitutives" de la matière, car, en fait, il s'avère qu'il n'y a pas de briques.»
Revue Sciences et Avenir, "Qu'est-ce qu'une particule", décembre 1994, numéro 99.


Il est donc vain de chercher la "brique" de l'univers. Il y a un constituant, mais il n'est pas une brique. Une brique c'est quantique, discontinue. Le constituant de l'univers est uni, continu, non quantique. Il est UN parce que CONTINU. Delà, on peut dire que l'univers ne comprend aucun CONTRAIRE.



VII- La quatrième dimension n'est pas le temps:
elle est espace/temps

Il me faut décrire ce qu'est la quatrième dimension selon la théorie d'un univers infini dont la substance est l'énergie-mouvement. Le temps n'a aucune réalité.


Je ne reprendrai pas ici la démonstration que j'ai faite dans: "Gravitation et amour", pages 53 à 60 ainsi que dans: "Avant et après le big bang?", pages 122 à 134 .
La science standard actuelle nous dit qu'il y a trois dimensions reliées à l'ESPACE et que la quatrième est reliée au TEMPS. C'est faux de prétendre une telle chose. Plusieurs autres hommes de science, parfois les mêmes, sont d'accord pour affirmer que le temps et l'espace ne doivent pas être séparés. Le temps comme l'espace n'ont aucune existence en soi. Ils ne sont pas des choses réelles.
Berson disait: "Si le temps n'est pas une illusion, il n'est rien."



VIII- À ma connaissance, nous ne sommes que
deux à proposer que l'ESPACE / TEMPS est objet,
c'est-à-dire la 4e dimension

Ce deuxième est Jacques Jaffelin

Suite à la lecture en février 1995 du "Promeneur d'Einstein" de Jacques Jaffelin, j'ai eu le plaisir de constater qu'il propose, non pas l'espace-temps mais bien l'espace/temps comme étant le changement c'est-à-dire le MOUVEMENT. Ceci correspond exactement à mon concept de la 4e dimension. Jaffelin pousse plus loin l'étude du mouvement. Il décrit les changements de changement en allant vers l'homme et la sociologie. J'avais abordé ce même thème, mais, moins en profondeur, dans : "Gravitation et amour". Le livre: "Le promeneur d'Einstein" se rattache à ma théorie dans son ensemble. En particulier, il est le développement de mon chapitre sur la 4e dimension.

Pour la suite: "Espace / temps est objet"
ainsi que sur "La quatrième dimension est objet"





IX- Est-ce que le constituant ultime et unique de l'univers peut expliquer la gravitation?

Dire que l'énergie est le constituant UNIQUE de l'univers c'est dire en même temps qu'il n'existe rien d'autre. C'est dire aussi que tout phénomène doit trouver explication par l'énergie de l'univers, spécialement dans sa forme "mouvement".

Ce fait se remarque dans les explications de plus en plus nombreuses que les savants donnent de l'univers. Il est facile, en effet, de constater que le mouvement a permis à la physique d'expliquer de plus en plus de phénomènes avec un nombre restreint de postulats. Plus on va en profondeur dans la connaissance de l'univers, plus on découvre que le mouvement est l'explication qu'on retrouve de plus en plus souvent. Encore là, cette recherche de simplicité est une marche vers le UN.

Pour la suite:
"ATTIRANCE UNIVERSELLE"





X- Le nouvel éther

Il a été prouvé, par l'expérience de Michelson et Morley de 1881, que l'éther n'existait pas. Depuis longtemps ce concept avait eu une certaine popularité. Cependant, l'éther n'était pas sans un fond de vérité.

Alors que Michelson et Morley ont prouvé que l'éther n'existait pas, par quoi allait-on justifier qu'il fallait bien quelque chose entre les corps, entre les étoiles et même entre les particules.
Ce quelque chose, est-ce le VIDE ou le NÉANT? Ces deux termes s'excluent l'un l'autre. S'ils n'ont pas trouvé cet éther c'est que, malheureusement, ils cherchaient le faux éther. Il était faux, car ils attribuaient à cet éther une certaine masse qui aurait affecté la propagation de la lumière.
Leur mauvaise définition de l'éther devait les conduire à l'échec. Il fallait concevoir l'éther comme quelque chose qui est sans masse, une substance aussi ténue que l'énergie. Cela pourrait être ce que nous pourrions appeler le NOUVEL ÉTHER qui n'est pas autre chose que la substance même de l'univers. Le nouvel éther c'est l'énergie de tout l'univers. Tous les vides entre les galaxies, les étoiles, les planètes, les atomes et même entre toutes particules à l'intérieur même de l'atome. Le vide est plein du nouvel éther, de l'énergie primaire. Le mouvement est partout. Tout l'univers n'est que mouvement. Le mouvement est l'univers lui-même. Par la quatrième dimension, nous découvrons que la matière ne contient rien d'autre que du mouvement. Même le vide est rempli d'énergie.


Stanislas Grof :
« L'Espace n'est pas vide dans la théorie du holomouvement; ce que nous percevons à travers nos sens comme du vide est en réalité un plein, il contient une quantité énorme d'énergie.»
Grof, Stanislas, cité par Robert Linssens dans: L'Univers, corps d'un seul vivant, Montréal, Libre Expression, 1990, p.52.


Le vide n'est que le moins plein. Il peut être vide de mouvement condensé, comme la matière, mais il est toujours plein de la substance initiale de l'univers. C'est le nouvel éther, sans masse, continu, celui que les expériences de Michelson et Morley ne pouvaient pas déceler. Un éther lisse. Ce nouvel éther, l'énergie à l'état initial, est partout le même. Dans un univers infini, il n'y a pas de lieux privilégiés. Ce n'est qu'en 1941 et 1942 que pour la première fois, il fut comme entrevu, par l'astronome canadien Andrew McKellar, l'existence du mouvement à l'état initial. Ce mouvement à l'état initial fut appelé, lorsque sa découverte fut officiellement confirmée, LE RAYONNEMENT COSMIQUE DE FOND.



XI- Le rayonnement cosmique de fond

Le rayonnement cosmique fut une découverte, je pense, très importante. Malheureusement, elle fut mal interprétée et servit alors à conforter une très aberrante théorie. Suite à cette mauvaise utilisation, on l'appelle maintenant le rayonnement FOSSILE. Il s'agit plutôt du rayonnement initial de l'énergie universelle.

Le mouvement étant bien ce qui se mesure en degrés de chaleur, il est donc normal de trouver une température de fond par le fait même que le vide est plein de mouvement. Le vide est donc chaud parce que rempli de mouvement dont la chaleur est à 2,736 K.

Pour la suite:
"Le rayonnement cosmique de fond"





XII- La fameuse controverse sur la chaleur

En 1780, Lavoisier et Laplace décrivent parfaitement bien les deux conceptions qui s'opposent.


Lavoisier et Laplace :
«Les physiciens sont partagés sur la nature de la chaleur. Plusieurs d'entre eux la regardent comme un fluide [...]. D'autres physiciens pensent que la chaleur n'est que le résultat des mouvements insensibles des molécules de la matière. Il est difficile de concevoir ces phénomènes sans admettre qu'ils sont l'effet d'une substance réelle et matérielle, d'un fluide très subtil qui s'insinue à travers les molécules de tous les corps et qui les écarte.»
Collectif, Matière et énergie, Messidor, la Farandole, 1991, Paris, p. 56.


Depuis l'antiquité, les penseurs ont donc été préoccupés par cette grande controverse sur la nature de la chaleur. Est-elle une SUBSTANCE ou est-elle du MOUVEMENT? Démocrite et Lucrèce pensaient que la chaleur était le résultat du MOUVEMENT des atomes et des molécules. Pour d'autres, la chaleur était une substance.

Maintenant, cette controverse n'a plus sa raison d'être puisque la cosmogonie que nous sommes en train de faire concilie justement mouvement, substance et chaleur comme étant tout simplement de l'ÉNERGIE sous différentes formes.

La chaleur est donc mouvement et substance en même temps puisque l'un est l'autre.

La controverse millénaire est donc terminée parce que mouvement est substance.








Cardère
© Photo Armel 2001







XIII- Comment certaines cosmologies peuvent-elles s'intégrer à la présente cosmogonie?

La théorie des supercordes
Au cours de l'année 1985, est apparue une nouvelle cosmologie dite des "SUPERCORDES".
L'intérêt que peut avoir cette théorie relativement à notre cosmogonie est le fait qu'elle considère que le tissu de l'univers serait constitué d'éléments de largeur nulle, mais ayant une longueur. De là, l'expression "supercordes".
Relativement à notre théorie, nous pouvons considérer aussi que le mouvement est de largeur nulle, mais ayant une longueur. C'est normal puisque, par définition, le mouvement est déplacement d'un lieu à un autre; il a une longueur sans largeur. C'est donc le lien intéressant avec la présente cosmogonie.


Stephen Hawking :
«Cependant, en 1984, il y eut un remarquable mouvement d'opinion en faveur de ce que l'on a appelé les "théories des cordes". Dans ces théories, les objets de base ne sont pas des particules qui occupent un seul point dans l'espace, mais des entités qui ont une longueur mais pas d'autres dimensions, comme un morceau de cordes infiniment mince.»
Hawking, Stephen, Une brève histoire du temps, Flammarion, 1989, p. 197.



XIV- La théorie du vide quantique

Beaucoup de penseurs sont à la recherche de la substance première de l'univers. C'est juste et raisonnable. Avec rien, on ne fait rien; il faut nécessairement une substance pour construire l'univers.


Voici comment Michel Cassé décrit le vide:
«[...]Le vide assure au monde l'unité de son fonctionnement. Il est l'essence originelle de tous les corps. Il crée la matière et les forces qui s'exercent sur la matière. Il crée l'inertie, la masse qui résiste aux forces. Il est, par là, la source des trois principes, matériel, dynamique et inertiel.»
Cassé, Michel, Du vide et de la création, Paris, Éditions Odile-Jacob, Sciences, 1993, p. 135.


Si l'on remplace le vide par l'énergie, cette théorie est presque parfaite pour décrire la cause substantielle de l'univers. Cependant, elle ne peut pas être une théorie complète. Il lui manque l'autre cause essentielle, la cause première formelle.



XV- Adéla Tremblay Sergerie

J'aimerais dire quelques mots d'Adéla Tremblay Sergerie qui affirme des choses qui devraient faire réfléchir beaucoup d'hommes de science. C'est une femme née à Chicoutimi, au Québec, en 1902. Elle étudia toute sa vie. Elle avait un désir pressant de connaître, de découvrir les secrets de l'univers. Après être devenue veuve, elle alla étudier à l'université de Louvain en Belgique. Vers 1971, elle se mit à écrire chaque jour de ce qu'elle comprenait des LOIS DE L'UNIVERS. Elle est décédée depuis. Si je vous entretiens d'elle, c'est que j'ai été frappé par certaines de ses idées. Même si certaines de ses idées peuvent paraître ésotériques, je pense, qu'on trouve, à travers ses écrits, des grandes vérités. Sa conception de l'univers est souvent étonnante et même troublante. Je vais citer quelques phrases en lien avec le sujet que nous venons de traiter: la substance de l'univers. Vous verrez bien par vous-mêmes.


Adéla Tremblay Sergerie :
«L'énergie libre circule entre les interstices de la matière organisée [...] (p. 8)
La matière est de l'énergie condensée. (p. 11)
L'énergie libre est la toile de fond du cosmos, la nourricière de la matière,[...] (p. 23)
L'énergie primaire contient déjà toute la vie des mondes futurs. Tout est là en puissance de toute éternité. Sans commencement, ni fin. (p. 42)
Et l'homme, cet enfant du cosmos, doit, lui aussi, évoluer, apprendre à construire à même la substance qui est l'élément primaire de toute matière sans exception. (p. 84)
La matière n'est autre dans le cosmos qu'une agglomération d'énergie pétrifiée qui dégage des vibrations de différentes intensités.» (p.107)

Tremlay Sergerie, Adéla, Science cosmique, Association des Chercheurs en Sciences cosmiques du Québec inc.


Il semble assez évident qu'elle a un sens profond de ce qui est le constituant unique de l'univers. Les idées contenues dans les présentes citations n'ont rien de l'ésotérisme. Elles correspondent à la réalité de l'univers.


XVI- Comme il n'y a qu'une seule substance pour tout l'univers, mais d'où vient donc la pensée?

Le mouvement peut penser

C'est bien évident et conséquent avec l'hypothèse que l'univers ne contient qu'une substance UNIQUE, le seul objet réel en soi. Il faut bien arriver à dire que la pensée doit trouver nécessairement sa cause substantielle dans la cause première substantielle. On ne peut sérieusement chercher ailleurs, car tout le reste n'est qu'irréel, qu'illusion, qu'apparence.


Steven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod :
«Selon (la philosophie de Bohm), la réalité profonde n'est ni l'esprit, ni la matière, mais une réalité d'une dimension supérieure qui est leur base commune et dans laquelle prévaut l'ordre impliqué.»
Ortoli, Steven et Pharabond, Jean-Pierre, Le cantique des quantiques, La Découverte, Paris, 1984, p. 125.


Cette base commune n'est nulle autre que l'énergie-mouvement, la substance même qui donne naissance à tout l'univers, à la matière comme à la pensée.

Il faut bien sûr donner une structure à l'énergie pour qu'elle puisse vraiment penser. Les 100 milliards de neurones de notre cerveau sont justement structurés à cette fin. Même le mouvement à un état plus initial est capable de faire des opérations très complexes.

Un très bel exemple, celui de l'ordinateur. On dira que si l'ordinateur est capable de choses assez extraordinaires, c'est parce que l'homme a pris une part importante. C'est lui qu'il l'a conçu et programmé. C'est vrai. Cependant l'ordinateur le plus puissant qui soit, le mieux structuré qui soit ne pourra même pas additionner 2 + 2, s'il ne reçoit pas la chose essentielle: l'énergie-mouvement. Quand on le branche sur le "courant" électrique, on lui fournit alors la chose la plus élémentaire qui soit: ce qui coure, le courant, le mouvement. L'électricité n'est pas autre chose que le mouvement des électrons avec, cependant, cette distinction que l'important n'est pas l'électron mais le MOUVEMENT des électrons. L'électron ne fait que servir de support au mouvement. Preuve en est que l'ordinateur était déjà plein d'électrons avant d'être branché et que rien ne se passait. Le mouvement, même à son état initial, peut donc penser.

Cette substance infiniment simple, infiniment une qui serait l'étoffe même de l'univers, le tissu fin sans maille, lisse, capable de devenir matière et esprit. L'énergie infinie, en puissance infinie, occupe un espace infini pour un temps infini. Substance immatérielle, indestructible, irréductible, sans forme, sans limites, toute- puissante: c'est l'énergie-mouvement. Voilà le matériau de l'univers, l'indestructible que nous cherchions depuis des millénaires.

La matière, comme on l'entend habituellement, n'existe donc pas. Il n'est pas correct de voir le monde comme deux entités: le monde matériel et le monde spirituel. Tout l'univers est fait d'une seule substance, autant pour l'esprit que pour la matière. Cela fait partie de l'évolution; c'est une étape de l'énergie primordiale vers l'énergie pensante capable de se percevoir.


Il n'y a rien de plus spirituel que la matière;
il n'y a rien de plus matériel que l'esprit.

La matière et l'esprit ne sont qu'un
état ou qu'une forme de la substance première de l'univers
comme la glace et la vapeur sont des états de l'eau


La matière se trouve quelque part sur le chemin du passage de l'alpha à l'oméga.

De la puissance à l'acte. De la puissance infinie de l'infinie énergie de l'univers à l'acte spirituel de la matière, ayant des pouvoirs sans limite, capable de penser et même de se percevoir.

C'est là, sur cette route, que l'homme se trouve.

C'est la finesse de la structure qui donne à chacun plus d'information et en l'occurrence plus de potentialités spécifiques. Il suffit de structurer les protons, neutrons et électrons du caillou et tout est là pour faire un homme.

La finesse de la structure apporte la perfection de l'être.
Un changement d'état (eau et glace) n'est pas un changement d'essence.
L'homme et le caillou sont de même substance.

On ne peut donner un coup de pied à un chien sans se le donner à soi-même par chien interposé.



XVII- En conclusion, quelques phrases lapidaires et quelques citations d'auteur

L'ÉNERGIE-MOUVEMENT est la seule SUBSTANCE de l'univers. Tout l'univers sera fait de cette substance, la matière comme l'esprit. L'unité de la substance fait en sorte que matière et esprit sont la même chose

La seule chose réelle "in se" de l'univers est l'énergie-mouvement

Le mouvement est UN

Il ne peut y avoir deux substances primitives à l'origine de l'univers: elles seraient constamment en conflit

La substance première doit nécessairement être UNE et occuper tout l'espace et tout le temps

Rien d'autre existe en soi dans tout l'univers

Tout ce que l'on peut voir n'est que la manifestation des états de structures différentes de la substance primitive unique

L'énergie-mouvement est la seule substance de la matière et de l'esprit et même de tout l'univers

La substance de l'univers est UNE

À l'origine, dans un temps infini, tout était programmé à devenir CONSCIENCE. L'énergie est en PUISSANCE à tout. Même le continu, l'élémentaire, le mouvement à l'état initial, sont programmés pour devenir la conscience qui se perçoit et qui perçoit tout l'univers. Pourquoi l'univers plutôt que rien? C'est parce qu'il EST. Le MOUVEMENT est le MOUVEMENT. Le MOUVEMENT EST.


Richard Sünder :
«Selon le concept global de Wilhem Reich, l'inconscient est l'éther qui remplit tout l'espace,[...]»
Sünder, Richard, Avant le big bang, Paris, Montorgueil, 1992, p. 291.



Laurent Nottale :
«[...] la théorie quantique nous apprend que le "vide" ne se réduit pas au néant. Dans la physique actuelle, le vide est défini comme l'état d'énergie minimal.»
Nottale, Laurent, L'univers et la lumière, Flammarion, p. 132.



Albert Ducrocq :
«[...] l'énergie est l'entité que l'on devra regarder comme fondamentale.»[...]»
Ducrocq, Albert, Le roman de la matière, Juillard, Paris, 1976, p. 150.



Robert Linssen :
«Le bruit fondamental est l'océan primordial d'où toutes les structures ont tiré leurs formes.
L'Univers ressemble davantage à une grande pensée qu'à une grande machine.»

Linssen, Robert, L'Univers, corps d'un seul vivant, Libre expression, Montréal, 1990, pp. 50 et 17.



Alain Boutot :
«Toute la théorie physique d'Aristote, dit Pierre Aubenque, contredit [l']idée que le mouvement serait une propriété accidentelle, dont il suffirait de faire abstraction pour retrouver l'essence de l'être dans sa pureté. En réalité [...] le mouvement affecte de part en part l'être en mouvement»[...]
Boutot, Alain, L'invention des formes, Éditions Odile-Jacob, 1993, p. 261.



Julien La Mettrie :
«L'homme n'est pas pétri d'un limon plus précieux; la Nature n'a employé qu'une seule et même pâte, dont elle a seulement varié les levains.»
Revues Sciences et Avenir, no 99, décembre 1994, p. 92.



Le chimiste allemand Wilhelm Ostwald :
«[Il] propose de reconstruire toute la physique sur la base de la notion d'énergie.»
Revues Sciences et Avenir, no 99, décembre 1994, p. 92.



Jean-Pierre Luminet et Marc Lachièze-Rey :
«C'est celui que l'on appelle le "vide", même si le terme "d'état fondamental" était plus correct. Le vide, en tout cas, n'est pas une totale absence. Son énergie est minimale, mais non nécessairement nulle. [...]
Que l'on rende l'espace aussi vide que possible, on ne saura empêcher cette activité évanescente, cette multitude de particules au séjour temporaire. Mais ces particules ne peuvent être détectées. Ce sont des sortes de fantômes, des "particules virtuelles" voyageant du vide au vide. Ainsi, le vide n'est pas inerte et sans propriété, mais c'est un ferment bouillonnant de particules virtuelles, vibrant d'énergie palpitante et de vitalité.»

Luminet, Jean-Pierre et Lachièze-Rey, Marc, La physique et l'infini, Flammarion, 1994, pp. 92 et 93.



André George :
«La Matière, c'est un peu toute la nature, puisque nous savons qu'il y a équivalence entre Matière et énergie, la première n'étant pour ainsi dire qu'une forme condensée et comme congelée de la seconde. De sorte qu'à nos yeux, Matière et énergie ne sont désormais que deux aspects d'une seule substance, et l'étoffe même de l'univers.»
George, André, La matière, Life: Le monde des sciences, 1963, 1965, p. 7.



XVIII- La première cause est le premier être

Étant dérivée du premier principe, la substance de l'univers peut donc être considérée comme infinie, omniprésente, éternelle. Elle a toutes les prérogatives d'une chose infinie. Elle est même plus qu'une chose; elle est un ÊTRE. L'être des êtres. L'être par excellence: le PREMIER ÊTRE.

Et même, plus encore, elle est le seul être substantiel de tout ce qui EST. Elle est ce qui EST. Rien d'autre ne la constitue. Elle est "IN SE". Elle existe en soi. Tout le reste n'existe que par ELLE. Elle est la cause première substantielle, sa propre cause. C'est tout dire.

Elle est comme le père; de sa semence sortira l'univers.

Elle est, de TOUTE ÉTERNITÉ, le début, l'origine.

Voilà donc la première cause de l'univers.





Le 27 janvier 2006 : commentaire bien structuré de
de Michel E. Bégin











Quand quelqu'un va trop loin, en ayant des idées trop profondes, il arrive alors que ces mêmes idées l'éloignent du reste des humains.

Cette personne est une incomprise jusqu'au jour où la société rejoigne le niveau des ces idées.









Albert Einstein







Commentaires des internautes


Espace réservé
à ceux qui seraient intéressés
à faire des commentaires
SPÉCIFIQUES
à cette page




Vous pouvez faire parvenir vos commentaires par Courriel








Thierry Dulieu, Paris, France
________________

Le 30 mai 1998


Bonjour Armel,

Je continue à parcourir de ton site et à étudier ta théorie. C'est assez long, car je prends des notes et je recherche certains passages dans les livres dont je dispose. D'autre part, je consacre beaucoup de temps à la conception de mon propre site internet, où j'aborderais les questions qui me passionnent concernant l'univers et la matière. Dès qu'il sera disponible, je te ferais signe et ainsi tu pourras me donner ton avis (avec ton autorisation, j'y placerais un lien vers ton propre site de la GUU).

Je ne t'envoie pas de nouvelles questions et remarques pour l'instant, car je préfère attendre ta réponse à mon premier courriel afin que nous puissions engager une discussion. Cela me parait plus approprié pour traiter d'un aussi vaste sujet. Cependant, j'ai trouvé une citation qui pourrait t'intéresser (mais je n'ai pas vérifié si elle était déjà sur ton site):
C'est une citation de Lao-tseu (Lao-tzu, VIe siècle av. J.-C.), extraite du Tao-te Ching (Daode jing). Ce qui m'a particulièrement frappé, c'est qu'on dirait ta propre définition de la CAUSE PREMIERE SUBSTANTIELLE DE L'UNIVERS:

Il y avait quelque chose d'indéterminé avant la naissance de l'univers.
Ce quelque chose est muet et vide.
Il est indépendant et inaltérable.
Il circule partout sans se lasser jamais.
Il doit être la mère de l'univers.
Ne connaissant pas son nom,
Je le dénomme « Tao ».

(Cité dans le "Dictionnaire de la Sagesse Orientale", Éd. Robert Laffont, Paris, 1986).

A bientôt.

-----------------------------------------
Thierry Dulieu
mailto:tdulieu@club-internet.fr
-----------------------------------------




Ma réponse à Thierry, le 26 juin 1998

Cher Thierry,


J'ai bien hâte de lire ton site web. C'est pas souvent que j'ai l'occasion de lire des idées de quelqu'un qui est préoccupé par le même univers. Après avoir lu tes deux premières lettres, c'est suffisant pour te dire que je te donne mon accord pour y placer un hyperlien vers mon site. Même s'il s'avérait que tu sois en opposition avec certaines de mes idées, je suis sûr que tes idées nouvelles ne peuvent que faire avancer la connaissance. Si tu m'autorises, je compte faire référence à ton site quand tu l'auras lancé.

Comme l'ensemble du sujet est assez vaste, je pense que nous serions mieux de procéder par sujet bien spécifique parmi les 97 items de mon menu. On pourra faire de même avec ton site.

Quant à Lao -tseu, je ne suis pas surpris que tu m'aies parlé de lui. Je ne sais pas pourquoi plusieurs personnes m'ont fait la remarque que je me rapproche souvent de la philosophie orientale. Pourtant, je n'ai jamais rien lu sur ce sujet. Le plus proche que j'aie pu m'approcher c'est en lisant, en novembre 1993, un ouvrage de Fritjof Capra : «Le Tao de la physique». Mon idée de la substance remonte vers 1967. Je l'appelais alors le «SUBSTAN». La seule différence c'est que je considère cette substance comme le père de l'univers, le premier être.

Peut-on penser que lorsque l'on atteint la vérité (je l'espère) les idées se recoupent et se confirment? Espérons!


Armel Larochelle
___________________
Armel Larochelle







Pour me faire parvenir vos questions, vos commentaires ou tous autres renseignements: Courriel


Pour connaître mes coordonnées: "À propos de..."



Pour en savoir
plus sur
mes ouvrages:

"Les ouvrages de l'auteur"


Pour commander











 


   
Le 12 août 1999
L'ensemble de mes théories forme un tout tellement HARMONIEUX relativement à l'ensemble de l'univers que je suis enclin à croire que si je meurs sans que ces théories aient été reconnues, c'est qu'on ne les aura pas comprises. On n'aura pas compris que MA cosmologie est LA cosmologie. Un jour, mort ou vivant, elles seront reconnues pour leurs valeurs.
Armel Larochelle
 
 








Vos principaux hyperliens
Pour le domaine dans son entier
Pour l'accueil général du domaine
Pour le menu général du domaine
Pour la cosmologie
Accueil

Menu

Pour la théologie
Accueil

Menu

Pour le futur de la sexualité
Accueil


Pour la page sur la démocratie et l'indépendance
Accueil
Menu
Pour aller voir tous les AJOUTS dans ce site, cliquez sur :
AJOUTS

Pour aller voir les commentaires des internautes: cliquez sur :
COMMENTAIRES
Certains commentaires sont aussi à la fin des pages qui traitent du sujet.

N o u v e a u

Je viens d'ajouter quelques nouvelles pages. Les voici :






Aussi d'autres pages moins nouvelles




Retour au début de cette page

À propos de...

Pour me faire parvenir vos commentaires par courriel


 
L'INDEX des SUJETS et des AUTEURS,
que j'ai préparé pour vous,
peut vous être très utile
pour faire de la recherche à travers
mes différentes pages.


INDEX







Les extrêmes se touchent.
Ce commentaire de Tim montre bien comment les opinions sont
très partagées sur l'ensemble de mes théories.
Pour le commentaire de Tim
dans son entier
Tim Massonnet, France
Le 16 janvier 2002



Rebonjour Armel,

[...]

Je trouve étrange que tout soit si manichéen : soit tu es considéré comme un fou dangereux, extrémiste et fanatique, soit tu es mis sur un piédestal, vénéré comme un dieu vivant, sorte de messie du troisième millénaire venu nous apporter les réponses à nos questions les plus existentielles.

[...]

Très cordialement

Tim






Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin Fin

Les statistiques mensuelles du domaine :
science-univers.qc.ca
Cliquez ici